[90] Entre 77 et Aisne

route-champagne-avant-croutte-4Retour du 27 décembre 2014. Une bien jolie sortie donc. Le thème était : faire des bornes pour profiter du soleil. Grand soleil d’hiver, mais très agréable me réchauffant même quelques instants dans la partie de montée vers les premiers villages de l’Aisne.

Dans le détail, j’ai suivi le même départ que ces derniers temps en suivant la D80 entre La Ferté sous Jouarre et le lieu dit Les Vernets en passant par Chamigny, Vaux et Caumont. Au lieu de continuer sur la D16 en direction du lieu dit de Pisseloups, j’ai pris à droite vers Bézu-le-Guéry en ayant largement empiété sur l’Aisne (frontière traversée à la hauteur des Vernets).

itineraire route champagneC’est une jolie route départementale (la D84) estampillée « Route des champagnes » puisque l’on aborde effectivement les prémices des routes consacrées au tourisme du roi des vins. L’histoire de ces routes touristiques est reprise entre autres sur le site « actualité du sud de l’Aisne et de ses environs » que vous pouvez consulter en cliquant sur l’image.

J’ai tourné ensuite à droite sur la D402 en direction de Crouttes-sur-Marne (bizarre), puis au 18ème kilomètre de Nanteuil-sur-Marne. Nous longeons ici la Marne sur sa rive droite.

Un petit morceau de D68A et un pont enjambant la Marne nous conduit à Saâcy-sur-Marne ou je me suis un peu perdu. Je savais qu’il fallait prendre à droite puisque la Ferté était dans cette direction mais j’ai tourné dans Saâcy avant de trouver un carrefour dit de Luzancy ou (tout le monde doit le savoir sauf moi) il y a un parc aux daims avec lama et autre bestioles.

Rigolo. Je prends le temps de demander mon chemin. Des promeneurs m’indique de suivre devant moi. Je saurais ensuite, en consultant la carte du parcours que je contourne une des boucles de la Marne par la rive gauche sur un chemin de terre jusqu’au pont de Lusancy. Je tourne à gauche pour traverser Luzancy sur la D402 et poursuit en direction de Reuil-en-brie au 29ème kilomètre.

Retour maison par le collège de la Rochefoucauld et une sacrée montée.

Belle sortie mais à refaire quand la température sera moins fraîche et pas tout seul. Ces paysages se partagent. Ci-dessous quelques aperçus de la sortie en photo.

[89] Entre 77 et Aisne … avec un bilan ?

route-champagne-avant-croutte-62549.14 + 31.99 = 2581.13 km / De retour d’achats dans un centre commercial morose, et constatant que le temps était très ensoleillé, je me suis dit que c’était bien con de ne pas en profiter. Même si Jean-Luc était au four et au moulin :), si la température ne dépassait pas les 0° Celsius, il fallait faire quelques bornes.

L’hiver ne peut être un prétexte à la marmotisation (j’invente les mots que je veux !) (ou sinon je ne dois plus venir me plaindre). Je sorts moins mais pour réaliser des découvertes à chaque fois c’est sympa.

L’occasion aussi pour moi de faire le bilan d’un an de vélo retranscrit sur ce site. On y va tout de suite :

  • Près de 2 600 km effectués qui ont été parfois de belles galères mais surtout l’occasion de trouver un moyen de regagner en volonté face à une série de 5 années difficiles.
  • Le partage d’une activité avec des potes (j’avions plus connu ça depuis la jeunesse).
  • La prise de conscience qu’une activité ne s’improvise pas et
  • Des sorties dont je suis fier, Annecy, les nombreux Claye-Souilly / Paris qui laissent entrevoir d’autres possibilités du côté du Canal St Martin par exemple, la rando du Pays de Meaux (mais qui reste un bien mauvais souvenir paradoxalement) …
  • Des pépins physiques inéluctables (dos, genoux…) mais une santé qui reprend un peu d’allant.

Les évolutions futures possibles :

  • Un home trainer (je vous en avais déjà parlé),
  • La préparation d’un « trek » en France ou ailleurs si les finances sont là.

La sortie d’hier vous sera racontée ici.
Bonne lecture.

[88] – Ca patine !

circuit1

2528.73 + 20.41 = 2549.14 km / Après trois semaine de rien, on reprend (un peu) les tribulations fertoises en ce 18 décembre. On repart sur la D80 avec une première bifurcation sur la D53 en Direction de Tanqueux et à côté de l’EREA de Chamigny. Pour une reprise, on aurait pu s’en passer. Occasion pour nous de nous rendre compte que trois semaine sans vélo et … on perd tout.

 

circuit2Bref, pour retrouver quelques sensations, idée saugrenue, nous nous sommes (re) dirigés vers la Marne pour une séance de patinage dans la boue de la rive gauche. Occasion, également pour moi de repérer un bras de la marne qui pourrait bien me voir revenir avec quelques leurres au printemps.

On s’est bien marrés mais pas le vélo. Heureusement que le tuyau d’arrosage de la maison n’était pas encore gelé !

Retour à la maison avec un dos en compote. Rien n’est donc réglé physiquement. J’envisage l’acquisition d’un home trainer. Vos expériences ici seront les bienvenues. N’hésitez pas à laisser un commentaire.

Boxed In

Un peu de musique en ces temps de « no vélo » ?

[87] deux pour le prix d’une …

2464.85 + 28.09 + 35.79 = 2528.73 km / Petite sortie samedi 29 novembre en solo sur la D80 de la ferté à l’embranchement avec la D1003 (Route de Paris). C’est l’hiver et il faut doubler les couches. Je réfléchi à investir dans de vraies chaussettes de vélo. J’ai rechigné à prendre la D1003 pour rejoindre La ferté tant le brouillard était dense. Dimanche 30 novembre, sortie avec J.L. On a fait deux circuits pour le prix d’un : circuit 1 (La Ferté / La Ferté en passant par Sept Sorts) puis on à obliqué vers le centre ville et direction Chamigny (route faite la veille). Circuit 2 : plus de 35 km ponctués par la montée de la côte de Chenevon à travers un bois magnifique (enfin en été).

Stoppés devant l’embranchement avec la D 603 par le brouillard et l’incertitude que nous soyons bien vus par les voitures, nous ne forcerons pas le destin et reviendrons sur nos pas pour emprunter la Route des Eclicharmes (si c’est pas beau ça !) et par le lieu dit Larrue.

Retour ensuite vers La ferté en (re) passant par la D80, le centre ville de la Ferté et la maison.

Les anecdotes du jour : une franche discussion avec un jardinier amateur avant la côte de Chenevon (en pleine récolte de carottes d’hiver) et une petite meute de sanglier dans le bois traversé.

Bien ! mais très froid.